Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
5 septembre 2017 - 10:22

Les causes les plus fréquentes du saignement du nez

Article commandité

Le saignement de nez, appelé aussi « épistaxis » en langage médical, peut se produire facilement, souvent, mais n’est pas pour autant dangereux pour la santé dans la plupart des cas. Décortiquons ensemble ce sujet sur lequel on entend beaucoup de choses et leur contraire.

Les principales causes du saignement de nez

Le nez est une zone fortement irriguée, avec de nombreux vaisseaux sanguins, minuscules, donc fragiles. La plupart des saignements de nez sont anodins, surtout lorsqu’ils se produisent sur l’avant du nez ; les cas les plus fréquents.

  • La sécheresse des cloisons nasales

Cela se produit quand l’environnement est trop sec, donc soit durant un été sec, ou en hiver, dans nos maisons bien chauffées.

  • Les doigts dans le nez

Les enfants sont particulièrement touchés par ce mal bénin, parce qu’ils ont tendance à se gratter le nez facilement. Des ongles un peu longs peuvent suffire à blesser la cloison nasale. L’introduction d’objets en tout genre est aussi à proscrire !

  • Un traumatisme

En cas de choc, coup, chute, il est fréquent de saigner du nez. Dans ce cas, il est généralement nécessaire de consulter un médecin.

  • Une maladie

Les allergies et l’usage régulier d’un vaporisateur nasal peuvent provoquer des saignements réguliers, tout comme la rhinite, la sinusite, les rhumes ou des troubles liés à la coagulation du sang (hémophilie, baisse du nombre des plaquettes sanguines ou thrombopénie, etc.).

  • La grossesse

Durant le deuxième trimestre, les saignements peuvent devenir très réguliers, sans conséquence sur votre santé ni celle du bébé.

  • Les cas plus graves

Lorsque le saignement provient des petits vaisseaux à l’avant du nez, il est bénin. C’est différent quand c’est l’arrière du nez qui est touché. Les vaisseaux étant plus gros, le saignement sera plus impressionnant et difficile à contenir. Cela se produit en cas de chocs violents à la tête, ou chez les personnes âgées souffrant d’hypertension.

Dans certains cas extrêmes, ils peuvent être un symptôme d’une leucémie ou tumeur au nez.

Comment les prévenir

Commencez déjà par dire à vos enfants d’éviter de se gratter le nez et gardez leurs ongles courts.

Vous pouvez aussi installer un humidificateur dans les chambres.

Evitez les expositions trop longues au soleil.

Si vous sentez que votre nez est sec, vous pouvez utiliser un lubrifiant nasal.

Se moucher doucement, une narine à la fois, et éviter d’éternuer la bouche fermée, pour limiter la pression dans les cloisons nasales, autant de pistes qui devraient limiter le phénomène.

Comment réagir en cas de saignements de nez

On nous a souvent répété de mettre la tête en arrière, en pressant sur la narine touchée. Il est aujourd’hui conseillé de pencher à l’inverse la tête à l’avant, afin d’éviter que du sang s’écoule dans le tube digestif et ne provoque nausées et vomissements. Cela permet aussi de se rendre compte de la quantité de sang perdue.

Maintenez une pression sur la narine qui saigne, pendant au moins 10 min, temps nécessaire au processus de coagulation sanguine ; cela devrait suffire à stopper le saignement. Dans le cas contraire, il est recommandé d’aller consulter un médecin, au-delà de 15 min de saignements.

Plus de la moitié de la population a un jour été confrontée à un saignement de nez, et de nombreuses personnes en ont très régulièrement. Si c’est votre cas, vous pouvez trouver sans ordonnance, dans les rayons des pharmacies, un produit sûr et discret pour arrêter rapidement les saignements de nez.

Consulter également un médecin si vous jugez saigner du nez beaucoup trop souvent. Dans certains cas, il pourra vous conseiller de faire cautériser les zones fragilisées de vos cloisons nasales.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.