Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
21 juin 2017 - 14:12

Une adolescente de Trois-Rivières inspirera plusieurs jeunes lors d’un séminaire pour enfants amputés!

Par Salle des nouvelles

Amilie Trépanier, âgée de 15 ans et résidente de Trois-Rivières, aura l’occasion prochainement de poursuivre la tradition de l’Association des Amputés de guerre « les amputés s’entraident ». En effet, elle agira à titre de conseillère junior au Séminaire LES VAINQUEURS qui se tiendra à Laval du 7 au 9 juillet prochain. Ce rassemblement, unique en son genre, réunira de jeunes amputés venant des quatre coins de la province. Cette année, le thème du séminaire, « c’est ce qui reste qui compte », est la devise adoptée par les anciens combattants amputés qui ont fondé l’association en 1918. Encore aujourd’hui, cette devise reflète parfaitement bien l’esprit du Programme pour enfants amputés (LES VAINQUEURS).
 
Amilie, qui est amputée d’une partie de la jambe droite, a participé au fil des ans à plusieurs séminaires LES VAINQUEURS où elle a pu s’enquérir des plus récentes innovations en matière de membres artificiels, apprendre à composer avec les taquineries et l’intimidation ainsi qu’échanger avec d’autres personnes amputées.
 
Louis Bourassa, directeur du Programme LES VAINQUEURS et lui-même amputé, affirme que les conseillers juniors représentent des personnes-ressources inestimables pour les jeunes Vainqueurs et leurs parents. « Ils se souviennent d’avoir bénéficié de l’aide des conseillers juniors lorsqu’ils étaient enfants. Maintenant, ils peuvent eux aussi être une source d’inspiration pour une nouvelle génération de Vainqueurs », ajoute-t-il.
 
L’Association des Amputés de guerre ne reçoit aucune subvention gouvernementale. Ses programmes existent grâce à l’appui du public envers le Service des plaques porte-clés et des étiquettes-adresse.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.