Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
31 mai 2017 - 09:33

Un projet de valorisation de l’agroalimentaire mobilisant une école et sa communauté est lancé

Par Salle des nouvelles

Après avoir mobilisé l’équipe-école, les membres de la communauté et un nombre impressionnant de partenaires des domaines de l’agriculture, de l’agroalimentaire et du développement durable, le projet l’École Louis-de-France, plus verte que jamais! a pris officiellement son envol pour sa première phase d’implantation. S’échelonnant sur 3 ans, ce projet novateur vise l’élaboration du programme L’agroalimentaire s’invite à l’école! 

La Fondation Trois-Rivières pour un développement durable, partenaire important de l’école dans l’accomplissement du projet, a reçu une subvention de 50 000$ du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ), en vertu de l’entente Canada-Québec Cultivons l’avenir 2, ainsi qu’une contribution financière de 20 000$ du Plan de développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire de la Mauricie (PDAAM). L’école peut aussi compter sur le soutien financier de nombreux autres partenaires sans compter le soutien de professionnels provenant de différents organismes.

Un programme de valorisation de l’agroalimentaire
Le programme invite les élèves à s’impliquer dans des activités concrètes de culture maraîchère allant des semis à la récolte, à participer à des activités thématiques portant sur l’origine des aliments, leur production et leur transformation. De plus, un volet nature et environnement complète ce programme.

Le jardinage scolaire est de plus en plus présent dans les milieux de l’éducation du Québec et l’école Louis-de-France entre dans ce mouvement en implantant des espaces de jardinage à son environnement. Véritable laboratoire d’apprentissages pour les élèves, les jardins scolaires deviennent des outils pédagogiques précieux permettant de toucher à toutes les sphères de développement de l’enfant. 


Objectifs du programme :
Créer et entretenir des espaces agroalimentaires et de biodiversité autour de l’école
Intégrer l’agroalimentaire aux pratiques pédagogiques 
Apprendre les techniques de base de l’agriculture biologique et maraîchère
Découvrir l’histoire agroalimentaire du Québec ainsi que les métiers s’y rattachant
Mieux comprendre l’origine des aliments et le processus de production des aliments, du parcours de la terre à la table
Développer des aptitudes entrepreneuriales dans le domaine agroalimentaire
Situer la place des nouvelles technologies en agroalimentaire et développer des outils de gestion pour les jardins de l’école


Citations :

« L’école Louis-de-France est une école consciente de sa responsabilité d’offrir à ses élèves un milieu de vie où la diversité des apprentissages favorise leur engagement dans des projets agroalimentaires collectifs »
Maryse Côté, directrice de l’école Louis-de-France

« Par son côté durable, entrepreneurial et très près d’un mode de vie sain et respectueux de l’environnement, ce programme permettra aux élèves qui en bénéficient d’ancrer le développement durable au sein de leurs valeurs et de devenir les ambassadeurs de demain. »
Martin Magny, président 
Fondation Trois-Rivières pour un développement durable

« Le Conseil des commissaires est fier de soutenir un projet aussi rassembleur que celui présenté aujourd’hui. On peut dire que l’école agit concrètement comme vecteur de changement social en réunissant sa communauté et les experts de l’agroalimentaire pour le mieux-être de nos élèves »
Claude Lessard, président du Conseil des commissaires


« Le jardin est un lieu extraordinaire qui s’inscrit dans la mémoire d’un enfant »
Hélène Raymond, porte-parole du projet, 
animatrice, journaliste et auteure

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.