Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
2 décembre 2016 - 10:19

Activité de financement pour la Maison De Connivence

Par Salle des nouvelles

Depuis plus de 31 ans, la Maison De Connivence a pignon sur rue à Trois-Rivières. Cette ressource d’aide et d’hébergement vient en aide aux femmes et aux enfants victimes de violence conjugale.  Accessibles 24hres/7jours, tous les services sont gratuits.  Outre le service d’hébergement, la Maison De Connivence offre des services de consultation sans hébergement et répond aux demandes d’information et de sensibilisation de différents groupes et d’intervenants 

Le projet 
L’idée de vendre un bijou est née d’une rencontre entre des représentantes de la Maison De Connivence et l’entreprise de création de bijoux Glam-O de la Mauricie, qui a accepté de s’associer à nous pour supporter notre cause. Elles ont créé exclusivement pour De Connivence, un collier et un bracelet en acier inoxydable, sertis d’une breloque personnalisée en étain et de cristaux de Swarovski.

Le modèle du bijou a été inspiré par des femmes utilisatrices de nos services, lors de leur participation à un atelier d’échanges organisé pour la journée de la femme le 8 mars dernier. Le symbole des deux silhouettes inter reliées représente l’accueil, l’écoute, le soutien et la relation privilégiée entre la femme et l’intervenante. Sous les silhouettes, le signe de l’infini rappelle le cheminement, la continuité et l’accessibilité à nos services, même après un passage à De Connivence. Le vert, qui est une des couleurs de notre logo, représente l’espoir.

Les bijoux seront vendus au coût de 35$ chacun en édition limitée. La vente des bijoux débutera le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. Par l’achat d’un bijou, vous aiderez la Maison De Connivence à poursuivre sa mission de dénoncer la violence conjugale et d’aider les femmes qui en sont victimes. Les bijoux seront vendus en exclusivité aux Pharmaprix Massicotte et Trudel du Boulevard Thibeau et du Boulevard Jean XXIII, jusqu’au 23 décembre.

Créations Glam-O
La belle aventure Glam-O a débuté en 2010. Désirant offrir des bijoux tendance de qualité à prix abordable, Francine, intervenante à temps plein, et Cynthia, propriétaire d’un salon de coiffure, ont décidé de se lancer en affaires ensemble à temps partiel. Passionnées par la mode et créatives à souhait, elles adorent créer des bijoux personnalisés. Désirant également faire leur part dans la société, elles se sont affiliées à plusieurs causes qui leur tiennent à cœur. Parmi elles, la cause de la violence faite aux femmes vient particulièrement les toucher. Ayant toutes les deux côtoyé des femmes victimes de violence conjugale, elles sont très fières de pouvoir collaborer avec la Maison De Connivence et créer un collier et un bracelet pour la cause.

Geneviève Trudel, photographe
Souvent on ne sait pas comment aider, on se sait pas par où commencer non plus. Lorsque j’ai reçu l’appel de la Maison De Connivence, je me suis dit que c’était un signe et j’ai décidé de m’impliquer dans le projet. Prendre de mon temps au studio pour faire cette séance avec de merveilleuses modèles, ce n’est rien comparativement à ce que les femmes victimes de violence conjugale vivent chaque jour. Si par ce geste, je peux aider la Maison à ramasser des fonds pour aider ces femmes… et bien j’aurai fait ma part !

Pharmaprix Massicotte et Trudel
Notre association avec les Pharmaprix Massicotte et Trudel a débuté par le choix de leurs équipes en magasin de choisir la Maison De Connivence comme bénéficiaire de leur programme Cultiver la santé des femmes 2016.  Dès le mois d’octobre, leur campagne Aimez-Vous 2016 a permis de recueillir des dons qui nous seront versés.  Puis, après avoir pris connaissance de notre activité de financement, ils ont accepté de nous supporter en devenant l’unique point de vente de nos bijoux et en nous remettant tous les profits, signe de leur engagement communautaire.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.