Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
29 novembre 2016 - 10:31

La CSN de la Mauricie – Centre-du-Québec présente sa solution

Pénurie de préposés aux bénéficiaires

Par Salle des nouvelles

Les préposé-es aux bénéficiaires du Cœur du Québec (CSN)  demandent d’offrir des postes à temps complet pour tous les PAB afin de régler la problématique de la pénurie de personnel.
Les syndicats CSN de la région de la Mauricie et du Centre-du-Québec font circuler une pétition parmi ses travailleurs depuis quelques semaines et celle-ci a été mise en ligne. Plus de 4,000 signatures ont été amassées à ce jour. Madame Diane Lamarre, députée du Parti Québécois de Taillon et porte-parole en matière de santé et d’accessibilité aux soins, marraine cette démarche et déposera la pétition à l’Assemblée nationale.

La pétition dénonce plusieurs facteurs tels que; le fardeau de tâches, le manque de valorisation du travail de PAB, la violence du milieu de travail, le manque de ressources malgré l’alourdissement de la clientèle, le taux anormal des travailleuses et travailleurs en absence maladie ou accident de travail causé par l’épuisement physique et psychologique et surtout, l’impression de ne pas avoir le temps de donner les soins adéquats.

Selon le syndicat, le fait d’octroyer des postes à temps complet permettrait une stabilité du personnel et de  meilleurs soins donnés à la population. Présentement, il n’y a aucune attraction pour des emplois de PAB puisque les conditions d’être sur appel jour, soir, nuit et fin de semaine et surtout d’être appelé à la dernière minute est un système désastreux pour leur santé.

Certaines expérimentations d’octroyer des postes à temps complet ont porté fruit et ont même permis l’autofinancement de la dotation.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.