Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
30 avril 2014 - 14:25 | Mis à jour : 14:33

Pour traiter aussi l’esprit

Par Amélie Marcoux

TROIS-RIVIÈRES - 

Diminution de l’anxiété et amélioration du sommeil, ce ne sont que quelques exemples des bienfaits que constate la massothérapeute spécialisée en oncologie Chantal Turgeon chez ses patients.

Dans un petit local bien simple du centre régional de la Fondation québécoise du cancer, de petits miracles se produisent dans l’esprit de patients atteints du cancer, à en croire les témoignages de la massothérapeute Chantal Turgeon et de ses patients.

«C’est un peu comme si le négatif s’était changé en positif ». Voilà comment Sophie Ross décrit les effets du massage qu’elle a reçu. Entre deux traitements de radiothérapie pour combattre son cancer du sein, elle s’est laissée tenter par l’idée d’aller se faire masser par une massothérapeute spécialisée en oncologie. Au-delà du bien physique que le massage procure, la mère de quatre enfants parlent d’un traitement pour l’esprit. «J’étais très anxieuse psychologiquement, puis on dirait que ça m’a enlevé toute l’anxiété que j’avais. J’étais beaucoup plus calme après», raconte-t-elle.

Cette réaction, Chantal Turgeon en est témoin chez beaucoup de patients qu’elle masse et depuis 2006, elle en a vu beaucoup des patients atteints du cancer passer par sa table à massage. «Quand une personne entre, elle est dans tous ses états. Elle est vraiment super anxieuse, stressée, puis après le massage, souvent elle a les yeux lumineux. Elle n’est vraiment pas au même endroit », affirme-t-elle.

Elle ajoute que lorsque ses patients reviennent, ils lui parlent généralement aussi des bienfaits qu’ils ont ressentis au niveau de leur sommeil. Ils arrivent à mieux dormir. Les massages contribueraient aussi à diminuer les effets secondaires des traitements de chimiothérapie et de radiothérapie.

Dr. François Vincent, radio-oncologue, dit lui aussi être témoin des bienfaits psychologiques des massages chez ses patients. Les massages leur permettent de «s’échapper du cancer au moins pendant ce temps», dit-il. Il raconte que les patients apprécient tellement ce moment de détente qu’il n’est pas rare qu’il entende: «Vite docteur, il faut que j’aille à mon massage!»

Un service en demande

Au centre régional de la Fondation québécoise du cancer à Trois-Rivières, sept massages sont offerts en moyenne par semaine. C’est ce que peut offrir la Fondation québécoise de la massothérapie pour les personnes atteintes de cancer, mais la demande est plus grande.

La fondation offre les massages pour seulement 10$ dans les différents centres régionaux de la Fondation québécoise du cancer un peu partout au Québec. En comptant sur une équipe d’une dizaine de massothérapeutes spécialisés en oncologie, la fondation offre environ 2000 massages par année depuis 2010, l’année de sa fondation.

L’objectif de la fondation est de faire grimper ce chiffre à 3500 par année. Chantal Turgeon aimerait aussi pouvoir faire un suivi avec ses patients jusqu’à un an après le départ des centres régionaux de le Fondation québécoise du cancer. «Si nous voulons offrir plus de soins dans la région, il faut faire connaître notre cause et espérer avoir plus de dons», souligne Marc Danis, responsable de la collecte de fonds pour la fondation.

Les gens intéressés à donner peuvent le faire en passant par le site Internet de la fondation au: www.fondationfqm.qc.ca

 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.