Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
19 octobre 2017 - 15:30

Un candidat différent pour Ste-Angèle !

Par Salle des nouvelles

Après avoir milité en politique pour le BlocPot au provincial, pour le Parti Marijuana au fédéral et finalement, pour Option Vert, où il récolte près de 9% du vote à l’élection municipale de Bécancour en 2007. BLAK D. Blackburn se présente en politique pour une 6ième fois depuis l’an 2000. 

Natif de Ste-Angèle-de-Laval, il y a vécu jusqu’à la mi vingtaine avant de s’exiler à Montréal, afin de poursuivre sa carrière de cinéaste.  

Caméraman à MusiquePlus, au début des années 90, il se construit un fort réseau au sein de l’industrie du disque et du spectacle québécoise. BLAK réalise de nombreuses publicités, en plus, de tourner des vidéoclips pour de nombreux artistes. 

La consécration de son travail, en tant que réalisateur, arrive lorsqu’il se fait remettre un « Félix » pour la réalisation du meilleur vidéoclip de l’an 2000 : « Mon Ange » d’Éric Lapointe. 

Depuis quelques années, BLAK est de retour dans sa ville natale. Activement impliqué dans sa communauté, il fonde, en 2016, une entreprise d’économie sociale : « Le SouthSide Musique Festival ». Pour BLAK, il est clair que l’on : « se doit de créer, soutenir et développer une industrie culturelle de niveau professionnel pour ainsi stimuler un tourisme porteur de développement économique. C’est une démarche essentielle pour la création et le maintien des emplois. »

Jusqu’à la fin des années 60, le village de Sainte-Angèle-de-Laval, grâce au quai qui accueillait la traverse fluviale, abondait de commerces et d’emplois. Malheureusement, l’inauguration du Pont Laviolette fit dramatiquement chuter l’économie locale. Bien aux faits de la revitalisation du Quai dans les 2 dernières années, BLAK croit que ce site est tout à fait désigné pour le développement l’industrie touristique. Selon le candidat, le Quai : « nous donne un accès incomparable au Fleuve St-Laurent et qu’il est unique au Québec, il serait possible de développer son potentiel attractif sur la scène touristique provinciale et nationale.  

Bien connu sur la scène politique pour son militantisme à l’égard de la légalisation du cannabis médical et récréatif, BLAK D. Blackburn, en cette veille historique de la légalisation du cannabis, se fait un devoir de faire partie du débat public. Il compte réunir tous les intervenants en place pour permettre une cohésion pouvant permettre à la Ville de Bécancour d’en tirer son épingle du jeu. BLAK : « considère que c’est une course contre la montre en ce qui a trait au développement de l’industrie du cannabis. »


« De la production à la transformation en passant par la distribution et la formation de la maison d’œuvre, la Ville de Bécancour doit devenir un incontournable parmi les joueurs importants du pays. Un parc industriel et portuaire immense, une école d’agriculture dans la région ainsi qu’une université sont des atouts importants pour que la Ville de Bécancour devienne un leader mondial en recherche et développement. L’apport économique, d’une telle avenue, est d’une certitude implacable. » 

La culture du cannabis et la culture artistique sont deux types de « cultures » florissantes qui vont changer le paysage de la Ville de Bécancour au courant des prochaines années. 

Avec un programme simple qui porte le nom de « CULTURE 2.0 »,  
BLAK D. Blackburn vise le développement économique du secteur Ste-Angèle ainsi que de toute la Ville de Bécancour afin de consolider le bien-être de tous ses concitoyens. Ste-Angèle doit reprendre sa grandeur d’antan.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.