Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
23 novembre 2016 - 14:13

« Payer 1500$ pour avoir accès au premier ministre Trudeau ou à ses ministres: inacceptable! » Louis Plamondon

Par Salle des nouvelles

« Vendre aux plus riches l’accès direct aux ministres et même au premier ministre, c’est pas parce que c’est légal que c’est moral. C’est cynique et ça remet en cause l’intégrité de toute la classe politique. Il faut mettre fin à toute apparence de conflits d’intérêts en rétablissant le financement public des partis politiques », a déclaré Louis Plamondon.  

Le Globe and Mail révélait mardi qu’en mai dernier, des hommes d’affaires chinois avaient pu rencontrer le premier ministre Justin Trudeau en échange d’une contribution de 1 500 $ à son parti. Plus tôt ce mois-ci, c’était le ministre des Finances Bill Morneau qui rencontrait des lobbyistes d’une pharmaceutique dans un cocktail à 500 $ l’entrée. C’est la ministre de la Justice Judy Wilson-Raybould qui avait lancé le bal au printemps dernier en participant à une activité de financement au profit des libéraux. La soirée était organisée par une prestigieuse firme d’avocats dont l’un des partenaires était lobbyiste au ministère de la Justice à peine 48 heures avant l’événement.  

Les partis politiques fédéraux recevaient un financement public selon le nombre de votes reçus jusqu’à ce que les conservateurs abolissent cette mesure en 2011. Les libéraux de Justin Trudeau refusent de rétablir le financement public des partis, faisant valoir que les règles canadiennes sont parmi les plus strictes au monde. Louis Plamondon n’est pas de cet avis : « Au Québec, non seulement il y a un financement public des partis politiques, mais en plus, on a réduit le montant maximal des contributions. Le résultat, c’est que ce sont des militants et des contribuables qui financent les partis politiques, pas les élites qui essaient de promouvoir leur agenda personnel. »  

« Les amis des libéraux ne signent pas leurs gros chèques pour rien. Il faut les tenir le plus loin possible de la table de décision pour que la population puisse avoir confiance en ses institutions », a conclu le député bloquiste de Bécancour—Nicolet—Saurel . 
 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.