Publicité
21 mai 2015 - 16:12

Plus de 15 000 «tickets» en une semaine sur les routes du Québec

Les patrouilleurs de l’ensemble des services de police québécois ont signifié plus de 15 216 constats d’infraction afin de contrer la vitesse au volant, du 11 au 17 mai derniers.

Rappelons que la vitesse excessive ou imprudente représente la première cause de collisions au Québec. Entre autres, elle réduit considérablement le champ de vision du conducteur ainsi que l’adhérence à la route. Les risques de percuter des objets ou des piétons sont plus élevés, en plus d’accroître le risque de commettre d’autres infractions au Code de la sécurité routière (CSR).

Cette opération nationale concertée était organisée par l’Association des directeurs de police du Québec, la Sûreté du Québec, le Service de police de la Ville de Montréal et la Société de l’assurance automobile du Québec.

Les efforts policiers se poursuivent durant l’été

À l’approche des vacances estivales et de l’augmentation de la circulation sur les routes, les policiers poursuivront leur présence accrue afin d’améliorer le bilan routier.

Les policiers tiendront notamment des opérations ciblant la vitesse imprudente ou excessive, notamment dans les chantiers de construction, les distractions au volant, l’omission de porter la ceinture de sécurité ainsi que la capacité de conduite affaiblie par l’alcool ou la drogue, puisque ces infractions sont surreprésentées lors des collisions mortelles.

Malgré les efforts concertés des organisations policières et des différents partenaires, la responsabilité de ralentir demeure aux conducteurs.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.