Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
7 juin 2018 - 14:30

L’UQTR remet un doctorat honoris causa à Me Jean Fournier

Lors de la cérémonie de la collation des grades du samedi 9 juin, 15 h, l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) décernera un doctorat honoris causa de l’Université du Québec à Me Jean Fournier, président provincial du Conseil de liaison des Forces canadiennes. La remise de cette distinction aura lieu au Centre de l'activité physique et sportive (CAPS) Léopold-Gagnon.


« Fort d’une carrière des plus prolifiques, Me Fournier a fait sa marque dans le milieu professionnel tant par son caractère fonceur que par sa grande polyvalence. Impliqué dans de nombreuses causes, il a su incarner les valeurs d’excellence, de collégialité, de créativité et d’intégrité qui sont chères à notre université. Le doctorat honoris causa que nous lui décernons vient souligner son apport inestimable à la communauté », indique Daniel McMahon, recteur de l’UQTR.


Né à Trois-Rivières en 1950, Me Fournier a étudié les sciences politiques à l'Université du Québec à Montréal, et a complété un baccalauréat spécialisé en administration à l'UQTR. Il a par la suite entrepris une licence en droit à l'Université de Montréal, avant d’entrer à l’École du Barreau.

Il a commencé son parcours professionnel en tant qu’avocat en pratique privée. Quelque temps plus tard, il a repris les rênes de l’entreprise familiale, et a fait du Groupe Fournier ltée la plus importante compagnie privée d’arboriculture au Canada.


Au cours de sa carrière, Me Fournier a été président de plusieurs conseils d’administration, dont ceux de Conservation de la nature Canada, de la Caisse populaire de L’Ancienne-Lorette, de la Chambre de commerce et d’industries de Trois-Rivières, de l’Administration portuaire de Trois-Rivières, de l'aéroport de Trois-Rivières, de la corporation des Fêtes du 375e anniversaire de fondation de la Ville de Trois-Rivières, et de l'UQTR. À cet égard, il a été le premier diplômé de l’établissement à occuper cette fonction.


Il a également siégé aux conseils d’administration de la Caisse populaire Saint-Sacrement, de l'Orchestre symphonique de Québec, de la Fondation de l'UQTR, du Prix du Duc d’Édimbourg, de Malartic-Sud et de la Coopérative des Ambulanciers de la Mauricie. À cela s’ajoutent les titres de gouverneur et fellow de la Société géographique royale du Canada, de bâtonnier et premier conseiller du Barreau de la Mauricie, de membre du Conseil général du Barreau du Québec, de membre du comité consultatif national de l'Agence des douanes et du revenu, et de membre des comités consultatifs d'urbanisme de Trois-Rivières et de Saint-Augustin-de-Desmaures.


Ses nombreuses implications lui ont valu divers prix et distinctions. Il a notamment reçu la Médaille du jubilé d’or de la reine Elizabeth II, la Médaille de l’Association des avocats et avocates du Québec, le Médaillon des Forces canadiennes, la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II, la Médaille Camsell, le Médaillon du consulat américain à Québec, le Prix Yvon-Fournier, le Médaillon de la Société géographique royale, le Médaillon de la septième rotation à Kandahar (Royal 22e Régiment), la Médaille de l’Ordre de Malte, la Médaille d’Officier de la Croix des Fusiliers de Sherbrooke, et la Médaille du service méritoire civil. De plus, il a été fait membre de l'Ordre du Canada, de l’Ordre de Saint-Jean et de l’Ordre de La Vérendrye, ainsi que Chevalier de l'Ordre national du Québec et de l’Ordre de l’Étoile du Régiment de Trois-Rivières. En outre, le Barreau du Québec l’a nommé Avocat émérite, et lui a remis le Mérite du Barreau.


Le titre de docteur honoris causa de l’UQTR est attribué à une personne extérieure à l’Université, d’une grande renommée, qui s’avère hautement représentative des valeurs éducatives de l’établissement, et qui se signale par son apport scientifique, social, culturel, artistique ou humanitaire exceptionnel.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.