Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
27 novembre 2014 - 06:00 | Mis à jour : 14 janvier 2015 - 15:24

À la conquête d'un rêve pour Pierre-Olivier Allard

Anne-Sophie Bois

Par Anne-Sophie Bois, Journaliste

Twitter Anne-Sophie Bois

Depuis 11 ans, Pierre-Olivier Allard travaille dans le domaine de la mode. N'ayant toujours pas accompli son plus grand rêve, le Trifluvien a décidé de retourner sur les bancs d'école pour participer à des concours qui lui donneraient la chance de découvrir les grandes maisons en Europe, en plus de parfaire ses connaissances.

Depuis 10 ans, Télio fait rayonner la relève mode du Canada avec son concours annuel « Les créateurs mode de demain ». Toujours sous une thématique donnée, la 10e édition sera sous le thème du luxe.

Les 25 finalistes du concours, provenant des différentes écoles de mode du pays, présenteront leurs créations en février 2015 à Montréal et cinq d’entre eux seront récompensés par une bourse d’étude et autres prix pour les propulser dans l’industrie de la mode.

« Mon but est d'aller à l'étranger. J'ai toujours été fasciné par la haute couture. La meilleure façon de m'en approcher est de passer par l'université. Je veux saisir toutes les occasions dans ce cadre scolaire », mentionne celui qui a notamment collaboré comme assistant-styliste à l'émission La Voix avec Andrew McNally.

Partir à la conquête

Après avoir réussi les deux étapes de sélection, Pierre-Olivier Allard a jusqu'à la mi-janvier pour remettre son vêtement final.

« La création va super bien! J'ai choisi notamment des tissus avec lesquels j'avais déjà travaillé. J'ai fait ma création avec des tissus moins nobles pour voir si c'était faisable avant de remettre mon dessin », explique Pierre-Olivier Allard.

Rappelons que le jeune styliste participe à la conception de vêtements lors de différentes parades pour des compagnies de coiffure. 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.