Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
18 octobre 2017 - 15:18

Situation précaire pour le secteur professionnel: Les grandes superficies sont remplacées par de petites

Par Salle des nouvelles

Après un deuxième trimestre plus que positif, la SDC centre-ville Trois-Rivières dresse un bilan à perte pour son troisième trimestre. En effet, l’organisation constate que des entreprises occupant de grandes superficies quittent le centre-ville et sont remplacées par de plus petites occupations de locaux, particulièrement dans le secteur des bureaux professionnels. 
 
« C’est un équilibre qui est très fragile. Lorsqu’une grande entreprise quitte le centreville, on regagne plus lentement les emplois perdus; ça peut prendre plusieurs trimestres avant de revenir au statu quo. C’est tout de même une situation qu’il est important de surveiller et qui justifie les programmes d’incitatifs mis en place conjointement avec la Ville et IDE Trois-Rivières », explique Mathieu Lahaye, directeur général. 
 
Un objectif à la baisse
Au troisième trimestre 2017, le taux de vacances des bureaux a grimpé à 13,8 %. À pareil date l’année dernière, il était à 13,6 %. « Nous devrions théoriquement afficher un taux plus bas considérant le succès de nos programmes, mais la perte des bureaux de Stantec au centre-ville (50 emplois / 19 500 pieds carrés) est venu assombrir notre bilan. Toutefois, il n’y a pas lieu de paniquer; nous devons garder le cap et accentuer nos efforts de prospection », ajoute M. Lahaye. 
 
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.