Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
19 avril 2017 - 08:20

La multiplication des projets d’investissement en Mauricie laisse présager de beaux jours pour le marché immobilier

Trois-Rivières : l’immobilier résidentiel toujours abordable avec une hausse modérée des prix

Par Salle des nouvelles

Toutes les réactions 1

L’Étude sur le prix des maisons de Royal LePage publiée aujourd’hui indique qu’à Trois-Rivières, les prix du marché immobilier résidentiel ont débuté l’année en force, avec une augmentation de 6,1 pour cent par rapport à la même période en 2016. En effet, le prix médian pour l’agrégat des différents types de propriétés dans la région s'établit désormais à 208 154 $.

L’accès à la propriété demeure stable dans le marché de Trois-Rivières avec des prix abordables. « L’inventaire, qui était demeuré bas au début du trimestre, s’est accru en février, permettant aux prix de demeurer stables, à l’exception des maisons à deux étages qui ont connu une forte augmentation », indique Martin Leblanc, dirigeant-propriétaire, Royal LePage Mauricie.

« Bien entendu, plus les maisons demeurent abordables, plus elles se vendent rapidement. Et fort heureusement, les nouvelles règles hypothécaires n’ont pas eu d’impact sur les acheteurs ici », ajoute-t-il.

L’Étude montre qu’à Trois-Rivières, le prix médian des maisons à deux étages a augmenté de 9,2 pour cent, se situant désormais à 241 592 $. Celui des maisons plain-pied a lui aussi connu une hausse notable de 6,1 pour cent, par rapport à la même période en 2016, pour atteindre 176 425 $.

L’Étude indique aussi que les ventes des maisons de plain-pied ont connu légère baisse de 1,9 pour cent, tandis les ventes de maisons à deux étages ont chuté de 12,8 pour cent lors du premier trimestre par rapport à la même période en 2016.

La reprise économique dans la région est la clé de la croissance du marché immobilier. « Avec un taux de chômage de 6 pour cent, similaire à la moyenne provinciale, Trois-Rivières est sur la bonne voie. Les projets d’investissements continuent d’être annoncés, comme la raffinerie de biodiesel à La Tuque ou l’usine métallurgique qui devrait s’installer à Bécancour. Nous attendons toujours les premières pelletées de terre, mais nous avons bon espoir », souligne M. Leblanc. « C’est la Mauricie au complet qui profitera de ces investissements, de La Tuque à Trois-Rivières en passant par Shawinigan », ajoute-t-il.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.

Toutes vos réactions

1 réactions
  • Plusieurs élément peuvent expliquer la baisse du taux de chomâge à Trois-Riviéres. Premièrement la pyrrhotite, avec plus de 2200 maisons à réparer, à créer un niveau d'emplois très élevé dans le secteur de la construction. Il y a aussi le taux de population active qui est très faible à 57% comparé à Montréal à 62%, nous sommes une ville avec 22.8% de 65 ans et plus, le taux le plus élevè au Canada. Si on veut garder ou attirer des jeunes travailleurs, il nous faudra des industries. Bravo à Maurice Richard qui fait un travail exceptionnel au parc industriel de Gentilly.

    Roger Bergeron - 2017-04-20 09:49