Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
25 avril 2018 - 13:00

En parler, c’est bien. Agir, c’est mieux

Semaine nationale du don d’organes et de tissus 2018

Par Salle des nouvelles

Dans le cadre la Semaine nationale du don d’organes et de tissus qui se déroule du 22 au 28 avril 2018, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) invite les citoyens à joindre le mouvement de solidarité en faveur du don d’organes et de tissus. En ce sens, nous encourageons les citoyens à confirmer leur consentement par écrit et surtout, à aborder le sujet avec leurs proches.

Donner un sens à la perte d’un être cher

Pour Lyne Turgeon, usagère-partenaire et représentante des familles de donneurs au CIUSSS MCQ, la volonté de son fils Mikaël à consentir au don d’organes lui a apporté un certain réconfort dans la souffrance qu’elle a vécue à la suite de l’accident de son fils. 

« Au lieu de me percevoir comme une victime de cette tragédie, j’ai senti que j’avais du pouvoir pour transformer cette expérience traumatisante en quelque chose de beau et ainsi de contribuer à donner la vie. Mon fils a pu donner 7 organes. La mort n’a donc pas été la seule issue. » 

Considérant que plusieurs refus des familles surviennent parce qu’il n’y a pas eu de discussion en famille à cet effet, celle-ci souligne également l’importance de connaître les volontés de nos proches. 

« Le fait que mon fils nous avait dit vouloir donner ses organes a facilité notre prise de décision.»  

Importante contribution au don d’organes et de tissus dans la région

La région de la Mauricie et du Centre-du-Québec s’est classée au 3e rang des régions ayant permis le plus de dons d’organes et de tissus au Québec en 2017, selon les données compilées par Transplant Québec.

Dre Marie-Josée Bériault, chef de service des soins intensifs au CIUSSS MCQ et coordonnatrice régionale du don d’organes et de tissus, soutient que « le travail d’équipe et le professionnalisme dont font preuve les intervenants contribuent grandement au don d’organes et de tissus dans la région. »

Cette dernière est d’ailleurs fière de souligner que le 28 mars dernier, le travail remarquable des intervenants du Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) a fait en sorte que nous avons eu le premier donneur par décès cardiocirculatoire. Ce type de donneur permet que l’entièreté du processus de prélèvement des organes soit réalisée dans la région.

Statistiques 2017 pour la Mauricie et du Centre-du-Québec :

  • 16 donneurs ont permis de transplanter 59 organes (31 % de ces donneurs, soit 5 sur 16 ont été pris en charge par l’équipe de l’Hôpital Sainte-Croix à Drummondville)
  • 28 personnes ont eu une greffe d’organe
  • 54 personnes sont décédées en attente d’une greffe
  • 3 dons de tissus humain et 3 dons de tissus oculaires proviennent de donneurs de la région

Activités de sensibilisation partout dans la région

Avec près de 800 personnes en attente d’une greffe au Québec dont 39 en Mauricie et au Centre-du-Québec, la sensibilisation au don d’organes et de tissus est synonyme de vie et d’espoir.

Tout au long de la semaine, des kiosques d’information se tiendront dans les 5 centres hospitaliers de la région. Sur place, des étudiants en médecine du Campus de l’Université de Montréal, des infirmières et des inhalothérapeutes du CIUSSS MCQ vont échanger, répondre aux questions et rappeler l’importance de faire connaître ses volontés à ses proches.

Pour obtenir davantage d’informations ou connaître les modalités de consentement au don d’organes et de tissus, visitez la section Don d’organes et de tissus au www.ciusssmcq.ca.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.