Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
27 septembre 2017 - 09:04 | Mis à jour : 09:06

Bécancour inaugure « Les Jardins du Marais »

Par Salle des nouvelles

La Ville de Bécancour et le Comité d’aménagement des abords du pont Laviolette de la Ville inaugurent aujourd’hui la première phase du projet d’embellissement des abords du pont Laviolette. Projet s’intitulant  «  Les Jardins du marais » et initié en 2015 à l’occasion du 50e anniversaire de la Ville, il consiste à mettre en valeur un espace laissé vacant au pied du Pont. Ainsi, avec ce projet,  l’entrée dans la ville de Bécancour sera plus agréable à l’œil et saura refléter les symboliques particulières de Bécancour.  
 
Par le biais d’aménagements paysagers et structuraux, trois axes économiques majeurs ont été mis en valeur dans la symbolique de ce projet : soit l’agriculture, les forêts et l’économie fluviale. Ainsi, des espaces de culture ont été intégrées aux aménagements. Le reboisement d’un sentier forestier et la plantation d’une bande de miscanthus ont aussi été réalisés. Rappelons que cette graminée reproduit, au contact du vent, l’effet d’une vague.  
 
De plus, huit panneaux d’interprétation historiques ont été installés sur les vestiges de l’ancienne route 132 et six panneaux écologiques sont maintenant situés près du bassin de la rivière Marguerite. Chacun des thèmes élaborés ont été rédigés en collaboration avec des partenaires du milieu soit : Patrimoine Bécancour, la Société acadienne Port-Royal, Zip les Deux Rives et le Regroupement Oiseaux-Québec. De plus, un totem de 12 ½ pieds a été installé à proximité des panneaux d’interprétation, un legs du Conseil des abénakis de Wôlinak, du Grand conseil de la nation Waban-Aki et du Conseil des abénakis d’Odanak. 
 
L’entrée aux Jardins du marais a été nommée l’Entrée Jean-Pierre Verville.  Cet hommage souligne l’implication remarquable d’un grand homme, passionné, engagé et possédant une expertise en aménagement. M. Verville fut la bougie d’allumage de ce projet.  
 
En 2018, un nouveau sentier pédestre sera accessible afin de découvrir la faune et flore du bassin de la rivière Marguerite. Un projet pilote de contrôle d’une colonie de phragmites permettra de compenser la perte de milieux humides de faible qualité et de nouveaux panneaux descripteurs des particularités des six secteurs de la municipalité verront le jour. 
  
Ayant suscité un grand intérêt pour ce projet auprès de la population, une deuxième phase de ce projet est à l’étude. Un parc riverain donnant accès au fleuve fait rêver…  
 
L’ensemble des aménagements Les Jardins du marais totalise un investissement global de 200 000 $. Le Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables, partenaire majeur de la réalisation, a  contribué à la hauteur de 96 706 $ à ce dernier. S’ajoute à cette contribution, les apports du Conseil des abénakis de Wôlinak, du Grand conseil de la nation Waban-Aki et du Conseil des abénakis d’Odanak, le Député Donald Martel, le ministère des forêts, de la Faune et des Parcs, la Fondation de la Faune du Québec et Canards Illimités Canada.   
 
La Ville de Bécancour remercie les précieux partenaires qui ont permis la réalisation de ce projet. 
 
Sur la photo:

Jean-Guy Dubois , maire de la Ville de Bécancour
Mme Cyrenne, femme  de Jean-Pierre Verville, honoré 
Yves Mailhot, bénévole et membre du comité de réalisation
Catherine Daoust, Fonds Aluminerie de Bécancour pour les collectivités durables
Émilie Hogue, directrice Service à la communauté, Ville de Bécancour
 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.