Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
31 janvier 2017 - 08:37

« Nous sommes solidaires » Louis Plamondon

Par Salle des nouvelles

Dans la foulée de l’attentat de Québec, voici ma déclaration et celle du Bloc Québécois 
 
 « Hier, six des nôtres ont été assassinés en raison de leur foi. Cinq des nôtres reposent toujours à l’hôpital dans un état grave pour la même raison. Nous sommes de tout cœur avec eux.  

Nous avons tous été horrifiés par l’attentat de Québec et nous ne comprenons pas. Nous ne comprenons pas cette violence, cette barbarie, nous ne comprenons pas que quiconque puisse presser la détente pour tuer des gens qui prient, des gens qui parlent, des gens qui pensent autrement.  

Nous la dénonçons, nous la rejetons et nous la méprisons profondément, cette violence qui nous inspire à la fois tristesse, désespoir, honte et colère. Mais nous ne la comprenons pas, nous ne l’intégrons pas.  

Nous sommes solidaires de nos concitoyennes et de nos concitoyens de la communauté musulmane, nous sommes solidaires des familles et des amis qui ont perdu hier un être cher pour rien. Nous pensons très fort aux enfants et aux conjointes des victimes de ce massacre insensé et tellement lâche. Et nous sommes solidaires.  

Nous sommes solidaires de toutes celles et de tous ceux qui pleurent aujourd’hui la mort injuste des victimes de l’attentat de Québec. Nous sommes solidaires de toutes celles et de tous ceux qui ont honte du geste posé au Centre culturel islamique de Québec. Honte que ce soit dans notre société. Honte que le 29 janvier 2017 soit à jamais inscrit comme un jour noir de notre histoire. 

Nous sommes solidaires dans les larmes, nous sommes solidaires de toutes les Québécoises et de tous les Québécois touchés par cet événement, de toutes celles et  tous ceux partout dans le monde qui se sentent atterrés par ce qui est arrivé hier.  

Et nous serons solidaires aussi quand viendra le temps des solutions. » 

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.