Publicité
LaPlaza - Centre d'achats en ligne
9 décembre 2016 - 13:41

Un bâtiment religieux des Sœurs de l’Assomption de la Sainte Vierge en attente d’une nouvelle vocation

Par Salle des nouvelles

La Ville de Nicolet, en collaboration avec les Sœurs de l’Assomption de la Sainte Vierge (SASV), a rencontré, ce matin, les Nicolétains et Nicolétaines des milieux économique, social, touristique et culturel dans le cadre d’une séance d’idéation pour discuter de projets qui pourraient être réalisés dans le bâtiment abritant un auditorium, une chapelle de 800 places, des salles communes, des chambres ainsi que de multiples pièces complémentaires. Construit entre 1955 et 1962, les Sœurs désirent céder le bâtiment situé sur le terrain des SASV dans la rue Saint-Jean-Baptiste.

Pour la mairesse de Nicolet, Mme Geneviève Dubois, « La Ville n’a pas l’intention d’en faire l’acquisition, mais elle souhaite travailler en partenariat avec des gens d’affaires qui accompliraient un projet porteur pour ce bâtiment. Il faut dire qu’il renferme un énorme potentiel de revitalisation ».

La Ville de Nicolet est au fait que le bâtiment présente une problématique d’affaissement ce qui représente un défi supplémentaire. Cependant, elle est confiante que des promoteurs d’ici ou d’ailleurs pourraient éventuellement être intéressés par le projet.

Les Sœurs de l’Assomption de la Sainte Vierge souhaitent la conservation du bâtiment et la pérennité de son usage. Comme le nombre de religieuses est en déclin, elles vont se retirer prochainement de ce lieu pour regrouper leurs activités dans le pavillon SainteMarie. « Ce que la Ville souhaite c’est de conserver ou de transformer ce bâtiment religieux, car il existe une menace, à court terme, soit celle d’une démolition. Nous allons tout faire pour le conserver. » ajoute la mairesse.

Publicité

Commentez cet article

Un ou plusieurs champs sont manquants ou invalides:





L'Écho de Trois-Rivières se réserve le droit de ne pas publier ou de retirer les propos diffamatoires, obscènes, ainsi que les commentaires discriminatoires, tout comme ceux incitant à la haine ou la violence. De plus, l'écriture phonétique et les messages écrits en lettres majuscules ne seront pas acceptés.

Vous souhaitez commenter cet article ? Faites-le de façon intelligente. Quoique certains internautes se croient à l’abri en publiant des commentaires et en nous donnant de faux courriels, il est très facile de les retracer. En cas de plainte pour diffamation ou menaces, L'Écho de Trois-Rivières collaborera avec les autorités en leur remettant les informations desdites personnes.