Actualités

Jean Chrétien pour «l'égalité sous toutes ses formes» 0

Par Matthieu Max-Gessler

Jean et Aline Chrétien étaient coprésidents de la campagne de financement de la Fondation de l’UQTR, qui a permis de recueillir 27 millions de dollars. De gauche à droite: Nadia Ghazzali, rectrice de l’UQTR, en pleine discussion avec Jean Chrétien.

PHOTO Matthieu Max-Gessler – L’Écho de Trois-Rivières

Jean et Aline Chrétien étaient coprésidents de la campagne de financement de la Fondation de l’UQTR, qui a permis de recueillir 27 millions de dollars. De gauche à droite: Nadia Ghazzali, rectrice de l’UQTR, en pleine discussion avec Jean Chrétien.

TROIS-RIVIÈRES - 

La Charte des valeurs québécoises doit respecter les barèmes de la Charte canadienne des droits et libertés, croit l’ancien premier ministre du Canada Jean Chrétien. Questionné sur le sujet, lors de son passage à l’Université du Québec à Trois-Rivières jeudi, l’ex-politicien était avare de commentaires, mais a rappelé son engagement pour l’égalité.

«J’étais ministre de la Justice quand on a établi les barèmes de la Charte canadienne des droits et libertés, a rappelé M. Chrétien. Il faut que ça se conforme à ça.»

L’ex-politicien s’est limité à ce commentaire, disant qu’il est «en dehors de ces querelles-là» dont il a eu son «lot en 40 ans». Il a également rappelé son engagement pour «l’égalité sous toutes ses formes».

«Je me suis battu toute ma vie pour ça. On avait autrefois de la discrimination, mais ça n’existe plus», a affirmé M. Chrétien.

Montant record pour l’UQTR

L’ancien homme politique était à l’UQTR pour présenter les résultats de la campagne de financement 2009-2014 de la Fondation de l’institution, qu’il coprésidait avec sa femme, Aline Chrétien. Un montant record de 27 millions de dollars a été recueilli lors de la campagne, soit sept de plus que l’objectif de départ.

Jean Chrétien a expliqué que s’il a accepté la présidence de la Fondation, c’est non seulement à cause de son attachement envers sa région, mais aussi envers l’éducation.

«Je suis en charge d’un groupe pour ramasser des fonds à travers le Canada pour l’éducation, parce que je crois que c’est important pour l’économie. La compétition dans le monde de demain, ça va être au niveau du cerveau. Nous, les canadiens, on a l’avantage d’être très riches en ressources et si on est capables de compétitionner au niveau intellectuel, alors l’avenir de nos enfants et nos petits-enfants est fantastique.»

L’argent recueilli par la Fondation de l’UQTR est destiné notamment à la construction d’un nouveau campus à Drummondville, qui ouvrira ses portes dans deux ans. Il servira également à donner des bourses aux étudiants et aux chercheurs de l’institution, ainsi qu’à financer d’autres projets de l’université.

Commentaires des lecteurs »

En ajoutant un commentaire sur le site, vous acceptez nos termes et conditions et nos nétiquettes.